Un printemps pour les Jeux

22 Fév, 2024

Après l’échec de la course à la qualification pour le K4 olympique, c’est en solo que Guillaume Burger poursuit son rêve de Paris 2024. « L’équipe de France a été dissoute. Plus de coach, pas de financement, aucune stratégie d’équipe… Une situation inédite qui m’a poussé à me prendre en main, à trouver l’émulation là où elle se trouve », explique Guillaume. Car il reste encore un espoir avec trois étapes de qualification et des tickets disponibles en K1 1000m et K2 500m. Alors pour cette dernière ligne droite, Guillaume Burger a joué la carte « survie » pour élaborer ses séances d’entraînement. « J’ai intégré l’équipe de Nouvelle-Zélande cet automne durant 6 semaines puis j’ai posé mon kayak en Andalousie, à Séville. » Là, il partage ses séances d’entraînement avec les équipes belges, finlandaises, espagnoles et quelques partenaires français parmi lesquels son compère Etienne Hubert avec qui il rêve de K2. Une aventure que Guillaume Burger peut poursuivre grâce au soutien de ses partenaires et mécènes parmi lesquels l’ACBB bien sûr mais aussi la Fondation du sport français et Carrefour. « Je ne les remercierai jamais assez. »

©Thierry Parenti et Eric Catherine/ACBB O
Girl power !

Girl power !

Naname Kokyu Nage : c’est le nom de la technique employée ici par Virginie Cantat,...

En kiosque

Retrouvez le magazine trimestriel de l’Athlétic Club de Boulogne-Billancourt

Consulter l'archive